Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

 CCFD Terre Solidaires


 

 

Vivre le carême avec le CCFD-Terre solidaire

        Le carême est pour les chrétiens un temps de prière, de jeûne et de partage particulièrement important. Chaque année, le CCFD-Terre Solidaire, mandaté par la Conférence des évêques de France, agit au cœur de nos paroisses pour mobiliser les fidèles aux enjeux de la solidarité internationale, et leur permettre d’agir à leur tour !
 
        Pour le Carême 2019, qui aura lieu du 6 mars au 21 avril, le CCFD propose une démarche spirituelle et solidaire autour du thème « pour vaincre la faim, devenons semeurs de solidarité".
 
        Ce thème sera décliné en cinq mots – un pour chacun des cinq dimanches de Carême : paix, fraternité, justice, humanité, espérance.
 
        Un livret d’accompagnement spirituel vous sera proposé pour mettre en œuvre cette démarche. Le cinquième dimanche (7 avril), une collecte de dons, destinés à financer les projets soutenus par le CCFD sur le terrain, sera organisée dans toutes les églises de France.
 
Et ce n'est pas tout !
         Des représentants des organisations partenaires soutenues par le CCFD-Terre Solidaire, originaires du monde entier, seront en visite en France.
       Sur le Val-Maubuée, nous accueillerons un partenaire venu du Sri Lanka, membre de la NAFSO, association aidant des pécheurs, des paysans et des veuves de guerre dans ce pays ravagé par une guerre civile qui a duré trente ans.
        Nous vous invitons à venir le rencontrer le dimanche 24 mars à l'Orangerie, à Torcy.  Après un repas partagé à 12h30 à l'issue de la messe, nous échangerons avec lui de 14 heures à 16 heures.
 
« Voilà le Carême. Faisons en sorte d’être heureux d’entendre le Christ nous dire :
J’avais faim et vous m’avez donné à manger.” »
 
                                                               (Mgr Michel Dubost, évêque accompagnateur du CCFD-Terre Solidaire)
 
Pour se documenter :

- Le CCFD-Terre Solidaire (CCFD = Comité catholique contre la faim et pour le développement) est né en 1961 à l’initiative de la Conférence des évêques de France. Son action prend racine dans la doctrine sociale de l’Église.

- Le CCFD-Terre Solidaire est devenu la première ONG française dans le domaine du développement, et son expertise est reconnue bien au-delà des milieux confessionnels. Il s’appuie sur un réseau de 15 000 bénévoles pour sensibiliser nos concitoyens à la solidarité internationale et mène des actions de plaidoyer auprès des responsables politiques afin que ceux-ci prennent en compte cet enjeu dans leurs décisions.
- Le CCFD poursuit un travail d’analyse des causes de la faim et du mal-développement dans le monde qui lui permet de faire des propositions concrètes afin de faire évoluer les lois et les réglementations pour bâtir un monde plus juste. Et il agit sur le terrain en soutenant localement des centaines de projets : en 2019, 697 projets sont soutenus au sein de 66 pays.

Pour découvrir nos projets et nos actions, site internet : http://ccfd-terresolidaire.org

Sur le pôle missionnaire du Val Maubuée :
L’équipe locale compte 7 bénévoles. Nous nous réunissons régulièrement pour échanger les nouvelles et mettre en place les différentes actions : soirée d’information, campagne de Carême, quête nationale, les km soleil avec les enfants du catéchisme, le plaidoyer envers les élus locaux et nationales (contre les agro-carburants, les paradis fiscaux et aujourd’hui sur la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises) …

Pour plus d’information, contacter M. Patrice Delaporte Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Responsables: Patrice DELAPORTE et Maurice BESTOSO : 01 60 06 37 12


 

Le chant des pèlerins de Compostelle

Tous les matins nous prenons le chemin, Tous les matins nous allons plus loin,

Jour après jour la route nous appelle, C’est la voix de Compostelle !

Ultreïa ! Ultreïa ! Et susseïa ! Deus adjuva nos !

 

Un jour, lors d’une réunion de l’équipe locale du CCFD-Terre Solidaire, il y en a eu un qui a dit : « ça vous dirait, de faire le pèlerinage de Compostelle? Tous ensemble ? Moi j’en ai envie depuis longtemps… » Silence… Puis l’enthousiasme, pour tous et chacun.

Pourquoi ? Nous ne nous sommes pas posé mutuellement la question. Certains savaient peut-être, d’autres pas. Il peut y avoir tant de réponses ! Nous nous entendions bien, mais ne nous connaissions pas tant que ça ; nous nous savions très différents les uns des autres, mais engagés dans le même souci de l’Autre.

Nous sommes partis en août 2011, du Puy en Velay. Pour 8 jours. Un départ très fort, très émouvant. Des dizaines d’autres pèlerins, venus du monde entier, l’Envoi par l’évêque du Puy, l’aube qui se lève, « à tout à l’heure, Marie-Paule ! Tu prends la voiture, seule… », le chemin, la marche, le paysage, les autres pèlerins, la troupe s’étire, on se tait, on se parle, on se salue « ton prénom ? tu viens d’où ? tu vas où ? », on s’éloigne, on s’arrête, une petite prière dans une chapelle, on repart, on se reconnaît, on s’encourage, « Ultreïa ! », on regarde, on admire, on marche, Marie-Paule roule, et attend… 8 jours, c’est trop court !

 

Nous rallongerons la durée de nos étapes à 10 puis 15 jours, pour arriver cette année 2016 à Santiago et jusqu’au « bout du monde », Fisterra et Muxià. Et nous y sommes arrivés ! Tous les six ! Avec des hauts, des bas, des accidents de parcours, des agacements et des moments d’enthousiasme, des barres de rire et des moments de spiritualité intenses… Nous avons découvert des pays, des gens dans ces pays et leurs sourires, des pèlerins qui marchaient, comme nous ou pas du tout comme nous, mais leurs sourires, et nous six, nous étonnant de toutes ces merveilles : « tu as vu ? tu as entendu ? ».
 
Nous avons découvert, nous sommes en train de découvrir…que nous l’avons fait. Mais c’est trop frais encore pour des conclusions ; je cite une petite jeune fille canadienne, qui m’a dit, vers la fin du pèlerinage : « Quand je rentrerai, ils vont me dire : ‘Comment c’était, alors, le Chemin de Compostelle ?’ Je leur répondrai : ‘Ce n’est pas le chemin dont je peux parler, mais mon chemin !’Ils demanderont : ‘C’était comment, alors, ton Chemin ?’ Et moi, je ne saurai pas quoi dire... Je pense que je leur dirai : ‘ Je ne peux pas vous expliquer. Il faut que vous y alliez vous-mêmes…’ ». A notre retour, nous avons été instantanément happés par notre quotidien. Nous y repensons souvent, nous cherchons les effets de notre Chemin. Au fond, que signifie le fait d’être arrivés ? « Lorsque vous serez revenus chez vous, dit le Père José-Maria Maroquin, dites-vous que vous êtes encore sur le chemin, et que vous y serez désormais toujours, car c’est un chemin qui ne connaît pas de fin. Sachez-le et ne l’oubliez jamais ». Ainsi nous sommes devenus, les uns pour les autres, les « Compagnons du Chemin » Maurice, Marie-Paule, Patrice, Christine, Guy, Maurice, et Marie-Claire qui a fait deux années avec nous.
 

 

 

 

 

L