Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

 Solidarité


 

 

 

 Pastorale des migrants


Paroles du mois de novembre 2018

 

La Pastorale des Migrants à la lumière des nouvelles orientations diocésaines : L’accueil des migrants et réfugiés, compris comme exigence de notre foi en Jésus-Christ, nous pousse à revisiter notre pratique actuelle à la lumière de la Parole de Dieu :

L’assemblée synodale nous invite à une transformation fondamentale de nos communautés. "C’est un défi."(1) L’accueil des migrants et réfugiés, compris comme exigence de notre foi en Jésus-Christ, nous pousse à revisiter notre pratique actuelle à la lumière de la Parole de Dieu : "Qu’as-tu fais de ton frère ?" Gn4,9-10,"J’étais un étranger, et vous m’avez accueilli" Mt25,35.

La Pastorale des Migrants est l’affaire de tous les baptisés et devra trouver sa place dans l’organisation de nos secteurs et pôles, même dans les coins les plus reculés de notre diocèse. Si la bienveillance fraternelle doit irriguer toute notre vie, nous avons à la vivre en actes et en vérité, de manière visible et concrète au sein de notre communauté paroissiale, c’est-à-dire avec celles et ceux qui vivent le même baptême...
"La fraternité entre baptisés est appelée à devenir toujours plus proche et effective ; elle est comme l’école de notre proximité missionnaire, comme la matrice de l’éducation de notre cœur."(2)
Nous devons arriver à une ecclésiologie qui ne fait pas du baptisé arrivant dans une communauté un membre étranger à celle-ci mais un frère avec qui nous sommes invités à témoigner ensemble de notre foi, tout en tenant compte de sa situation particulière dans le processus de son intégration dans sa nouvelle communauté. Ainsi, l’Église s’évite de tomber dans l’eau trouble des différentes idéologies mondaines contraires au message du Christ qui ne fait pas de l’étranger la cause des difficultés que traversent actuellement certaines nations.
"Si notre monde a besoin d’être évangélisé, n’oublions pas que nous-mêmes personnellement et communautairement, nous devons également nous laisser évangéliser."(3) Intégrer dans la nouvelle Pastorale des Migrants les chrétiens "d’ici et d’ailleurs" est un défi à relever pour éloigner des chrétiens la peur et la méfiance de l’étranger.

Père Jean-Baptiste Basaula
Accompagnateur du service diocésain
de la Pastorale des Migrants


Vous pouvez le télécharger sur le site diocésain de la Solidarité en cliquant sur le lien: http://solidarite.catho77.fr/spip.php?rubrique321

ou bien en ouvrant directement le fichier PDF :  http://solidarite.catho77.fr/IMG/pdf/pdm_pdm_sept2018.pdf


Martine Morançais - Responsable du service diocésain de la Pastorale des Migrants
Tel : 06 28 73 73 87 e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Extrait du témoignage de Paul et de Tai lors de la JMMR 2018 à Lognes

 

Je viens du Cameroun…je suis arrivé par l’Italie, mais je n’ai pas pu être soigné. Je suis parti en France, où je connaissais quelqu’un…mais sans papier, pas de travail, pas de fiche de paie pas de logement ! C’est très dur pour moi. Alors que je suis encore jeune et courageux, je ne refuserai aucun travail, même pénible. Si on me donne ma chance, je souhaiterai  m’intégrer dans la société comme vous.…en attendant, je participe à ACO et je donne des cours de soutien scolaire au secours catholique…

 

 
 
 
Je m’appelle Tai. Je suis arrivé en France en 1985 à l’âge de 12 ans par la procédure du regroupement familial et aussi  pour fuir la politique économique du communisme au Vietnam. J’ai évolué dans mes études grâce aux mathématiques, malgré mon handicap avec la langue française. Il y avait également d’autres migrants de toutes les couleurs dans ma classe.
Avec ma persévérance, l’aide de mes camarades de classe et surtout de certains professeurs au collège, au lycée et même à l’université, j’ai pu enfin intégrer la vie active.

Maintenant, je suis marié et nous avons un enfant de 3 ans ici présent dans l’église. En rédigeant sur mon passé, en tant que migrant, je me disais que j’ai eu beaucoup de chance. Car aujourd’hui, le regard sur les migrants est moins chaleureux.

Je comprends aussi l’inquiétude des pays d’accueil, tout particulièrement la France avec les récents événements dramatiques. La France est la patrie des droits de l’homme, des associations travaillent à l’écoute et au service des migrants, mais ils sont plus ou moins bien vus aujourd’hui.

Aimez vos ennemis et pardonnez leur car ils ne savent pas se qu’ils font dit le Seigneur.

Oui, Seigneur, personne n’est parfait, car nous tous avons été lâche avec toi et jusqu’à tuer le fils de l’homme, le fils de Dieu.

Notre Pape François, en cette journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, nous interpelle sur ces hommes et ces femmes qui frappent à nos portes comme l’occasion de rencontre avec le Christ. Accueillez les, protégez les, les faire promouvoir afin qu’ils puissent s’intégrer dans nos sociétés.

Seigneur toi qui connait nos faiblesses, toi qui a l’audace de confier ton Eglise à l’homme qui ta renié trois fois ; donnes nous cette audace d’aimer notre prochain comme nous même ; de faire confiance aux réfugiés comme notre frère du même Père.

En ce début d’année 2018, je souhaite à tous, une année d’Amour dans le Christ afin que chacun puisse entendre :  «  J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli » Mt 25,35

 


Association des amis du collectif Romeurope du Val Maubuée
Dont l'action est d'aider les personnes habitants dans les bidonvilles du Val Maubuée dans les démarches liées à l'insertion : emploi, scolarisation, accès à la santé, à la culture et facilitation de leur rencontre avec les habitants
Présidente : Chantal DARTUS (Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

 

 

 

Pastorale de la santé

 

Déléguée diocésaine de la Pastorale de la santé
 
Vous êtes : 
- une personne malade
- une personne handicapée
- une personne isolée
- une personne agée
- une personne fragilisée
- une famille ou des proches en souffrance
- des professionnels de santé...
Des équipes sont là pour vous accompagner et vous aider !
Service de l'évangile auprès des personnes malades et des personnes agées
Le S.E.M. est une mission ecclésiale constituée d'une équipe de bénévoles qui rendent visite aux malades et aux personnes âgées ou isolées, chez elles, en maison de retraite et parfois à l'hôpital. C'est une équipe de chrétiens soucieux de répondre à l'appel du Christ "J'étais malade et vous m'avez visité".
Ils sont attentifs à toutes les situations de malaise physique, social sans oublier les réalités vécues par les professionnels de santé. Ils portent éventuellement la communion aux personnes suivies. Ils proposent rencontres, accompagnements, prières et célébrations et, si la personne en manifeste le désir, un pèlerinage à Lourdes avec le Pèlerinage Diocésain (en juillet) ou avec le Pèlerinage National (autour du 15 août) organisé  par l'Association Notre Dame du Salut. Ils accompagnent le cas échéant les défunts et leur famille en deuil.
Le S.E.M. assure aussi une préparation à la visite du prêtre pour les sacrements (pénitence, eucharistie et sacrement de l'onction).
Le service évangélique diocésain organise un temps de formation destiné à toutes les personnes qui assurent dans leur paroisse ces visites et qui participent à ce Service.
Contact sur le Val Maubuée : Marie-Thérèse DEVROEDT - Tél : 01 60 17 74 34 - mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pastorale des personnes handicapées - C'est un mouvement  d'amitié, de partage, rassemblant des personnes handicapées, leurs familles et leurs amis
Responsable diocésain - Frère Marc de Jésus serviteur - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - tel : 06 11 11 11 37
Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées
Père Andrée DUMORTIER - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - tél 06 32 06 71 51
Relais lumière espérance
Ils accueillent, rassemblent et soutiennent humainement et spirituellement, les personnes dont un proche - parent ou ami - souffre de troubles psychiques
Responsable Hubert PEIGNE - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - tél 06 60 22 58 8
Vous êtes soignants, médecins...
Venez partager votre expérience de professionnel dans le dialogue et l'amitié au sein du monde de la santé
Contact  06 60 42 11 81
Agir pour vous aider : le deuil... AGAPA
Vous êtes accompagné et soutenu suite à la perte d'un enfant à la naissance ou à une maternité qui n'a pu être menée à terme.
Contact  tél 06 33 27 59 83 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

 Secours Catholique


Du 18 novembre au 31 décembre 2018 se déroule la collecte annuelle du secours catholique-caritas France. Les dons recueillis à cette occasion financeront ses actions auprès des plus démunis.

Cette année, comme l’an passé, la journée nationale en paroisse du Secours Catholique aura lieu le même jour que la Journée Mondiale des Pauvres instaurée par le pape François. En tant que service d’Église, le secours catholique-caritas France a, plus que jamais, besoin de la générosité de tous pour remplir la mission qu’il mène contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde.

A l’occasion de cette journée nationale, la quête du dimanche 18 novembre sera destinée au Secours Catholique ; en complément, des enveloppes-dons seront mises à votre disposition dans chaque église. Les dons recueillis serviront à financer les actions auprès des sans-abris, des familles précaires, des personnes isolées, mal logées, sans emploi, des enfants et des jeunes en difficultés.

En Seine et Marne, ce sont près de 780 bénévoles répartis dans 35 équipes locales qui font vivre des lieux d’accueil et accompagnent au quotidien près de 5 500 familles et personnes précarisées, en partenariat étroit avec les services sociaux et les institutions.

Localement au Val Maubuée, l’équipe est constituée de 36 bénévoles qui se répartissent pour accueillir et écouter les personnes traversant un moment difficile dans leur vie, et, selon leurs besoins, les accompagner dans les démarches administratives, leur permettre l’accès aux droits en leur donnant une adresse de domiciliation, accompagner scolairement leurs enfants et leurs jeunes, les aider matériellement de façon ponctuelle, leur proposer des sorties ou des vacances, les coiffer... Des projets, qui se réaliseront à plus ou moins long terme, se montent : atelier tricot/crochet/petite couture, accompagnement vers l’emploi, boutique solidaire, alphabétisation. C’est en fonction des besoins et des compétences de chacun, accueilli ou bénévole, ancien ou nouveau, que peuvent naître des projets qui aideront à construire un monde plus juste et plus fraternel.  

Merci d'avance pour votre soutien

 


9 cours des deux parcs à Noisiel : Tél : 01 60 05 83 97 - Responsable : Michèle Valade

Permanences :
Lundi de 11h à 17h : accueil - douche - vestiaire
Mardi de 9h30 à 12h : courrier
Mardi de 14h à 16h : accueil
Vendredi de 15h à 18h : courrier

Le secours catholique de Noisiel - Val Maubuée

a besoin de vous aujourd'hui !

Le bénévolat, c’est la première richesse du Secours catholique :

Être bénévole au secours catholique, c’est donner de son temps et de ses compétences pour l’accompagnement de nos frères et soeurs en difficulté.

  • L'objectif est de chercher à associer les personnes bénéficiaires plutôt que de les assister, afin de leur donner confiance et de leur permettre de retrouver peu à peu une certaine autonomie.
  • Une relation de confiance est amenée à s'installer entre un(e) bénéficiaire et un(e) bénévole.
Pour poursuivre les missions d'accueil, d'écoute et d'accompagnement au Val Maubuée,
de nouveaux bénévoles sont recherché(e)s par l'équipe du Secours Catholique du Val Maubuée.
 

Cet appels'adresse à toutes et à tous, sans distinction d'âge ou de situation (étudiant(e), travailleur(euse), en recherche d'emploi, parent, retraité(e) …).

  • Les nouveaux bénévoles bénéficieront d'un temps d'observation, d'une période de découverte pour choisir leur engagement ...ou pour décider de ne pas s'engager. Un engagement pour des missions ponctuelles est aussi possible.
  • Des formations sont proposées et très vivement conseillées. Des relectures de pratiques peuvent être proposées pour prendre du recul.
  • L'accompagnement des bénévoles est important ; c'est dans l'équipe locale que doit se faire le premier lieu d'échange. Une équipe qui partage les joies et les difficultés rencontrées par ses bénévoles et qui est riche de ses différents bénévoles, peut analyser les évènements, les besoins, … et envisager des actions possibles.

Les activités dépendent :

  • D'une part des besoins des personnes en difficulté
  • D'autre part des compétences des bénévoles.

Activités actuelles : accueil/écoute; domiciliation et courrier,  accompagnement scolaire, Café Sourire (temps de rencontre), foire aux jouets, loisirs : sorties culturelles à la ferme du Buisson pour les enfants, accueil d'enfants en vacances par des familles d'accueil du Secours Catholique dans la Manche, vestiaire, coiffure, sortie au Parc Floral de Vincennes, tous ensemble, accueillis et bénévoles.

Idées: alphabétisation, atelier couture/tricot/ crochet, vestiaire ou boutique solidaire, atelier cuisine, jardin solidaire, etc..

Les horaires ne sont pas figés et peuvent être déterminés au sein de l’équipe.                                 

Vous avez du temps ?   Vous souhaitez partager vos compétences ?
Nous serons heureux de vous accueillir !
 
Coordonnées du Secours Catholique
Adresse : 9 cours des 2 parcs, 77186 NOISIEL (derrière le commissariat)
Tel : 01 60 05 83 97,  lundi matin et après-midi,  mardi matin et après-midi, vendredi après-midi.
ou  Michèle VALADE : 06 45 32 73 45.

 

 

 

 CCFD Terre Solidaires


 

        Le Comité catholique contre la faim et pour le développement-Terre Solidaire est la première ONG de développement en France. Reconnue d’utilité publique en 1984, l’association a reçu en 1993 le label Grande Cause Nationale et a le statut de consultant auprès du Conseil économique et social des Nations unies..

 

        Le CCFD-Terre Solidaire soutient plus de 460 projets dans 63 pays du Sud et à l’Est. Avec chacune de nos organisations partenaires, nous développons des projets sociaux, économiques et éducatifs, qui visent à réduire la pauvreté.

 

Nous conjuguons trois modes d’actions complémentaires au service d’une seule mission : la solidarité internationale

Des projets internationaux de développement menés avec nos partenaires locaux
les actions de sensibilisation et d’éducation au développement menées auprès du public français, pour bâtir une société mondiale solidaire
Le plaidoyer auprès des décideurs politiques et économiques français et européens

 

Le CCFD-Terre Solidaire est une association constituée de Mouvements de laïcs et de Services d’Église. Aujourd’hui, ce sont 29 Mouvements de laïcs et Services d’Église qui constituent légalement le CCFD-Terre Solidaire.

Pour remplir sa mission, le CCFD-Terre Solidaire est organisé en réseau de bénévoles aux niveaux local, régional et national. Il s’appuie sur une équipe professionnelle permanente. Ainsi, le CCFD-Terre Solidaire témoigne de l’Évangile par la réflexion, la défense, le soutien et l’action en faveur des pauvres ; avec ses partenaires, voix des exclus de notre société, il les veut acteurs de leur propre développement.

Pour découvrir nos projets et nos actions, site internet : http://ccfd-terresolidaire.org

 

Sur le pôle missionnaire du Val Maubuée :

L’équipe locale compte 7 bénévoles. Nous nous réunissons régulièrement pour échanger les nouvelles et mettre en place les différentes actions : soirée d’information, campagne de Carême, quête nationale, les km soleil avec les enfants du catéchisme, le plaidoyer envers les élus locaux et nationales (contre les agro-carburants, les paradis fiscaux et aujourd’hui sur la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises) …

Pour plus d’information, contacter M. Patrice Delaporte Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Responsables: Patrice DELAPORTE et Maurice BESTOSO : 01 60 06 37 12


 

Le chant des pèlerins de Compostelle

Tous les matins nous prenons le chemin, Tous les matins nous allons plus loin,

Jour après jour la route nous appelle, C’est la voix de Compostelle !

Ultreïa ! Ultreïa ! Et susseïa ! Deus adjuva nos !

 

Un jour, lors d’une réunion de l’équipe locale du CCFD-Terre Solidaire, il y en a eu un qui a dit : « ça vous dirait, de faire le pèlerinage de Compostelle? Tous ensemble ? Moi j’en ai envie depuis longtemps… » Silence… Puis l’enthousiasme, pour tous et chacun.

Pourquoi ? Nous ne nous sommes pas posé mutuellement la question. Certains savaient peut-être, d’autres pas. Il peut y avoir tant de réponses ! Nous nous entendions bien, mais ne nous connaissions pas tant que ça ; nous nous savions très différents les uns des autres, mais engagés dans le même souci de l’Autre.

Nous sommes partis en août 2011, du Puy en Velay. Pour 8 jours. Un départ très fort, très émouvant. Des dizaines d’autres pèlerins, venus du monde entier, l’Envoi par l’évêque du Puy, l’aube qui se lève, « à tout à l’heure, Marie-Paule ! Tu prends la voiture, seule… », le chemin, la marche, le paysage, les autres pèlerins, la troupe s’étire, on se tait, on se parle, on se salue « ton prénom ? tu viens d’où ? tu vas où ? », on s’éloigne, on s’arrête, une petite prière dans une chapelle, on repart, on se reconnaît, on s’encourage, « Ultreïa ! », on regarde, on admire, on marche, Marie-Paule roule, et attend… 8 jours, c’est trop court !

 

Nous rallongerons la durée de nos étapes à 10 puis 15 jours, pour arriver cette année 2016 à Santiago et jusqu’au « bout du monde », Fisterra et Muxià. Et nous y sommes arrivés ! Tous les six ! Avec des hauts, des bas, des accidents de parcours, des agacements et des moments d’enthousiasme, des barres de rire et des moments de spiritualité intenses… Nous avons découvert des pays, des gens dans ces pays et leurs sourires, des pèlerins qui marchaient, comme nous ou pas du tout comme nous, mais leurs sourires, et nous six, nous étonnant de toutes ces merveilles : « tu as vu ? tu as entendu ? ».
 
Nous avons découvert, nous sommes en train de découvrir…que nous l’avons fait. Mais c’est trop frais encore pour des conclusions ; je cite une petite jeune fille canadienne, qui m’a dit, vers la fin du pèlerinage : « Quand je rentrerai, ils vont me dire : ‘Comment c’était, alors, le Chemin de Compostelle ?’ Je leur répondrai : ‘Ce n’est pas le chemin dont je peux parler, mais mon chemin !’Ils demanderont : ‘C’était comment, alors, ton Chemin ?’ Et moi, je ne saurai pas quoi dire... Je pense que je leur dirai : ‘ Je ne peux pas vous expliquer. Il faut que vous y alliez vous-mêmes…’ ». A notre retour, nous avons été instantanément happés par notre quotidien. Nous y repensons souvent, nous cherchons les effets de notre Chemin. Au fond, que signifie le fait d’être arrivés ? « Lorsque vous serez revenus chez vous, dit le Père José-Maria Maroquin, dites-vous que vous êtes encore sur le chemin, et que vous y serez désormais toujours, car c’est un chemin qui ne connaît pas de fin. Sachez-le et ne l’oubliez jamais ». Ainsi nous sommes devenus, les uns pour les autres, les « Compagnons du Chemin » Maurice, Marie-Paule, Patrice, Christine, Guy, Maurice, et Marie-Claire qui a fait deux années avec nous.
 

 

 

 

 

L

 

 

 

 

 Action des chrétiens pour l'abolition de la Torture


Appel de novembre : J'agis pour Francisco

Francisco est un paysan indigène tsotsil de 69 ans. Son engagement contre des mégaprojets de développement dans sa région du Chiapas lui a vraisemblablement valu d’être torturé et maintenu en détention dans des conditions indignes pendant plus de trois ans. Aujourd’hui libre, Francisco se bat avec l’ACAT à ses côtés pour que ses tortionnaires soient condamnés.

Le 17 / 10 / 2018

Emprisonné pour avoir défendu sa communauté

Francisco de Jesús Espinosa Hidalgo, 69 ans, est un paysan indigène tsotsil de Venustiano Carranza, au cœur du Chiapas. Leader au sein de sa communauté, il a longtemps défendu la propriété collective et l’agriculture vivrière des terres de sa communauté, notamment face à de grands projets miniers et de monocultures. Son engagement a vraisemblablement fait de lui une cible. L’ONG mexicaine Frayba rapporte qu’en mai 2015, des policiers l’arrêtent et le torturent. Après l’avoir déshabillé, ils le rouent de coups et lui infligent des décharges électriques pour l’obliger à signer des aveux de culpabilité dans une affaire de vol avec violence. Francisco est ensuite placé en détention à 130 kilomètres de ses proches dans la prison d’El Amate. Là-bas, sa santé se dégrade rapidement : il survit dans des conditions de détention indignes. Dépression, douleurs récurrentes, diabète, pertes de mémoire, dysfonctionnement de la prostate… Il n’a eu accès à aucun soin. Le 21 septembre 2018, en l’absence totale de preuves, Francisco est enfin libéré. Cependant, le combat ne peut s’arrêter là : ses tortionnaires et leurs complices doivent être jugés. L’homme bientôt septuagénaire a aussi besoin d’être soigné.

Des minorités martyrisées

À l’instar de Francisco, les populations autochtones sont marginalisées au Mexique. Du fait de leur culture, leur identité et leur mode de vie traditionnel, elles demeurent plus discriminées et criminalisées que le reste de la population. L’ONU estime que 71,9 % de la population indigène vit dans la pauvreté ou l’extrême pauvreté, contre 40,6% de la population au niveau national. Une minorité d’entre eux sont comptabilisés officiellement : 6,5% de la population. Pourtant 21,5%  des Mexicains s’auto-identifient comme autochtones.

Du fait de cette exclusion sociale, les indigènes subissent en toute impunité les exactions et intimidations de la police : arrestations arbitraires, contrôles au faciès... Ces opérations visent à freiner leurs revendications et à empêcher l’exercice de leurs droits. Ces victimes font des coupables idéaux. Dans l’écrasante majorité des cas, elles sont arrêtées sans mandat et torturées jusqu’à la signature d’aveux de culpabilité dans des affaires criminelles que les autorités cherchent à boucler rapidement. Leur défense est souvent bâclée par des avocats commis d’office à la solde de l’accusation, et en l’absence d’interprète alors que très peu comprennent l’espagnol. Les juges restent indifférents aux dénonciations de torture et ordonnent leur condamnation. Ensuite, nombre de détenus autochtones se voient refuser l’accès aux soins en prison. Ensemble mobilisons-nous contre ces injustices et protégeons les populations autochtones !


 

Prière d’espérance - Sœur Emmanuelle

Seigneur, accorde-moi aujourd’hui cette grâce que rien ne puisse troubler ma paix en profondeur,mais que j’arrive à parler joie, prospérité, à chaque personne que je vais rencontrer, pour l’aider à découvrir les richesses qui sont en elle.

Aide-moi aussi, Seigneur, à regarder ta face ensoleillée, même en face des événements difficiles :

il n’en est pas un qui ne puisse être source de bien encore caché.

Donne-moi, à toute heure de ce jour, d’offrir un visage joyeux et un sourire d’ami à chaque homme, ton fils et mon frère.

Donne-moi un cœur trop large pour ruminer mes peines, trop noble pour garder rancune,trop fort pour trembler, trop ouvert pour le refermer sur qui que ce soit.

Seigneur, je te demande ces grâces pour tous les hommes qui luttent aujourd’hui afin que diminue la haine et que croisse l’Amour.

Ouvre nos yeux à l’Invisible pour que rien n’arrive à ébranler l’optimisme de ceux qui croient en Toi et qui croient en l’Homme, qui espèrent en Toi et espèrent en l’Homme.


 



 

L’ACAT est une ONG chrétienne de défense des droits de l’homme créée en 1974. Association loi 1901, elle est reconnue d'utilité publique et d'éducation populaire. 

 L’ACAT combat la torture et défend l’abolition de la peine de mort, ainsi que le droit d’asile partout dans le monde, sans distinction idéologique, ethnique ou religieuse. 

Comme chrétiens, nous refusons la pratique de la torture et agissons pour son abolition, en accord avec l’article 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

 Les trois piliers de l’ACAT : agir, prier, être œcuménique

 Agir :

  • Envoi de lettres d’intervention aux autorités pour dénoncer la pratique de la torture ;
  • Soutien par envoi de lettres aux prisonniers victimes de la violence d’Etat et à leur famille ;
  • Sensibilisation des chrétiens au scandale de la torture ;
  • Education aux Droits de l’Homme en milieu scolaire.

 Prier :

  • Pour les personnes torturées et pour les tortionnaires, afin qu’ils retrouvent leur dignité d’homme. La « Nuit des Veilleurs » est une chaîne de prière relayée dans le monde entier à l’occasion de la Journée internationale de soutien aux victimes de la torture.

 Etre œcuménique :

  • L’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture est une association œcuménique, internationale, fondée en 1974 par deux femmes protestantes.

 Action, prière et œcuménisme sont efficaces : chaque année nous mettons fin au calvaire de plus de 200 hommes, femmes et enfants

 


Site internet : https://www.acatfrance.fr

Equipe locale du Val Maubuée : Anne BAUDUCEAU (tel. 06 81 42 89 41)