Pôle missionnaire du Val Maubuée

Eglise Catholique

Recherche sur le site

Calendrier

Août 2022
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31
Aujourd'hui
À venir ce mois-ci
 
Pham Doan Trang - ACAT (cliquez pour info)  

Lundi 09 Mai 2022, 08:00

J'AGIS POUR QUE PHAM DOAN TRANG SOIT LIBÉRÉE

La journaliste indépendante et défenseure des droits humains Pham Doan Trang a été condamnée à neuf ans de prison par le tribunal populaire de Hanoï, pour « crimes » d’écriture et de « propagande anti-État ».

Un travail de journalisme indépendant reconnu internationalement

La  journaliste, qui avait reçu en 2019 le prix Reporters Sans Frontières pour la liberté de la presse, a été nommée lauréate du prix Martin Ennals pour les défenseurs des droits humains en janvier 2022 et a obtenu le Canada-UK Media Freedom Award, qui reconnaît le travail de celles et ceux qui oeuvrent en faveur de la liberté des médias. Des membres de la diaspora vietnamienne militent actuellement pour qu’elle soit nommée au prix Nobel de la paix.

Pham Doan Trang est une voix essentielle de la défense des droits humains au Vietnam. Elle a soutenus des militant.e.s victimes d’arrestations arbitraires. Elle a publié de nombreux ouvrages dénonçant la corruption, les catastrophes écologiques résultant des activités humaines l’expropriation des terres et les violences policières . Elle l’a fait tout en connaissant les graves risques que cela représentait pour elle.

Aux yeux du gouvernement , elle dérange c’est pour cela qu’elle est accusée de propagande contre l’état.

Depuis 2015, , elle a été menacée et harcelée par la police. Elle a été arrétée 25 fois.

Pham Doan Trang a été arrêtée le 6 octobre 2020 à son domicile. L’ACAT-France avait alors lancé un appel à mobilisation pour la soutenir.

Depuis, elle a fait l’objet d’une procédure judiciaire contraire à son droit à un procès équitable. En effet, les charges retenues contre elle ne lui ont été communiquées qu’en août 2021. En outre, elle a été privée du droit de s’entretenir avec son avocat, de voir sa famille et de recevoir les soins médicaux dont elle avait besoin, malgré la dégradation de son état de santé. Le 25 octobre 2021 sa détention a été estimée arbitraire au regard de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques par le Groupe de travail des Nations unies spécialisé sur ce sujet, qui a appelé à sa libération immédiate.

Elle a finalement été condamnée le 14 décembre 2021 à neuf ans d’emprisonnement, une peine supérieure à celle requise à l’origine, les juges ayant considéré que ses entretiens avec des médias étrangers aggravaient les charges retenues contre elle et que son comportement était « dangereux » pour la société vietnamienne.

Malgré la dizaine d’interrogatoires qui lui ont été infligés, elle a toujours refusé de plaider coupable. Elle a toujours voulu « défendre la vérité, la justice et les droits humains »

L’ACAT-France demande la reconnaissance du côté arbitraire de sa détention, du caractère illégal de sa condamnation et sa libération immédiate.


 

Lettre d’interpellation :

Son Excellence Madame Thi Tuyet Mai Le
Ambassadrice Extraordinaire et Plénipotentiaire
Mission permanente de la République socialiste du Vietnam
auprès de l’Office des Nations unies
et des autres organisations internationales à Genève
Chemin des Corbillettes 30
1218 Grand-Saconnex
SUISSE

 

Madame l’Ambassadrice,

A la suite d’informations reçues de l’ACAT-France, je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation concernant la journaliste Pham Doan Trang, engagée depuis des années pour la défense pacifique des droits humains au Vietnam.

En effet, elle est détenue arbitrairement depuis le 6 octobre 2020, date de son placement en détention provisoire, avant sa condamnation à neuf ans d’emprisonnement, le 14 décembre 2021.

Je vous exhorte à bien vouloir :

  • Ordonner la libération immédiate et inconditionnelle de Pham Doan Trang, car elle est détenue uniquement pour avoir exercé, sans violence, son droit à la liberté d’expression.
  • Garantir qu’elle ne soit pas soumise à de la torture ou à des mauvais traitements.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame l’Ambassadrice, en l’expression de ma haute considération.

NOM : ADRESSE :

SIGNATURE :

 

 

:  
 
 

Retour